• La femme et l'enfant

     

     

    J'ai appris de toi la femme, tant d’amour pour l'enfant
    La femme enceinte de vie au pays des géants
    Au premier temps il faut un acte sublime d'amour
    Les clés des accords parfaits, des arpèges, autour
     

    Et la femme émerveille mille et une lunes de miel
     

    J'ai appris de toi la femme qui apprend l'enfant
    Le mystère au plus profond d'elle même la surprend
    C'est la révélation de la vie, la vie qui sème
    Un chant nouveau au florilège du plus beau thème
     

    Et la femme s'éveille d'une bonne nouvelle
     

    J'ai appris de toi la femme qui attend l'enfant
    De jour en jour il est de sa chair il est de son sang
    C'est une femme nouvelle à l'attention des promesses
    Des prouesses de la vie qu'elle protège de tendresse
     

    Et la femme s'émerveille de vies qui s'interpellent
     

    J'ai appris de toi la femme qui fait naître l'enfant
    L'avènement toujours semblable et différent
    La souffrance et le courage pour la délivrance
    Pour le petit, la vie, tout un cortège d'allégeance
     

    Et la femme est maman de l'enfant qui est soleil
     

    Je connais de toi la femme, maman de l'enfant
    Elle l'attend, elle l'entend, elle l'apprend, elle le comprend
    Elle lui donne, elle pardonne, elle vient au secours
    Elle est le recours, le privilège de tout son parcours
     

    Et la femme est maman, son amour fait des merveilles
     

    Je sais de toi la femme, les beaux jours de l'enfant
    Les cadeaux, les gâteaux pour les grands événements
    Les mots qui ne viennent pas les larmes parfois
    Et la joie qui tourne des manèges dans ses bras
     

    Et la maman et l'enfant font un beau carrousel
     

    Je connais de toi la femme, le bonheur pour l'enfant
    Tu saisis ce que l'enfant, ce que la vie te rend
    Un dessin, une fleur, un sourire le plus beau
    Les mots, les bras qui t'assiègent, font ton embargo
     

    Pour l'enfant, la femme et la maman ne font qu'une
    Grâce à toi, il a des ailes; tu es la plus belle
     

    Je connais de toi la femme qui tait à l'enfant
    Tu es muette le plus souvent de tes tourments
    Je sais tes peurs mais de toi l'enfant a besoin
    Il sait que ton amour est le siège du certain
     

    Tu es la femme et la maman en un seul parfum
    Tu as le talent de l'amour double et éternel
     

    © Gil DEF. 17.12.2005
     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Juillet 2007 à 09:45
    Felicitaciones
    Fernando Gracias por tus gentiles palabras sobre mi sito. Thank you for your nice words and your invitation in "Vivir poesia". You can comme here when you wants. Gil
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :