• Je voudrais tant

     

    Entre ma terre et l'Angleterre
    Passent les bateaux sur la mer
    Des rêves d'aujourd'hui et d'hier
    Je marche ce matin sur le sable fin
    Seul, les dunes se sauvent au loin
    Je voudrais tant te tenir la main
     

    Seul le vent est là en témoin
    La plage est déserte ce matin
    Les pêcheurs sont là-bas au loin
    Des enfants viendront rire demain
    Des châteaux de rêve dans leurs mains
    Je voudrais tant ici ton parfum
     

    Les vagues partent et reviennent
    Ce matin mes larmes se souviennent
    Un baiser des histoires anciennes
    La vague naufrage du bois mort
    Ce matin la lumière pleure le décor
    Je voudrais tant je soupire très fort
     

    Un bateau part pour l'Angleterre
    Les autres naviguent vers d'autres terres
    L'horizon trace dans la lumière
    La frontière entre ciel et terre
    Nos yeux mélangent le bleu et le vert
    Tu souris ... pourquoi ce coeur à l'envers ?
     

    Des voiles viennent jouer avec le vent
    Qu'il sera beau le grand cerf-volant !
    Qu'il sera haut le bel oiseau blanc !
    Mais là le sable compte sans nombre
    Les secondes et les heures succombent
    Sous ce bleu je voudrais tant ton ombre
     

    Entre ma terre et l'Angleterre
    Passent les bateaux sur la mer
    Des rêves d'aujourd'hui et d'hier
    J'ai marché longtemps avec le vent
    Je rêve le présent à contre-temps
    Je voudrais tant ici maintenant
     

    Là-bas, enfin l'aube et l'océan
    Une rêverie qui écrit hors du temps
    Le sacre du printemps des amants
    Ce matin, je voudrais toi, ici maintenant
    Toi, demain, toi à tous les instants
    Toi, toujours, éternellement
     

    © Gil DEF. 05.06.2005
     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 7 Février 2008 à 22:17
    invitation
    bonjour puisque tu aimes les mots je t'invite à venir partager tes ecrits avec nous sur http://palmiereveur.forumparfait et aussi pouvoir faire connaissance avec les ecrivains du monde francophone merci d'accepter l'invitation
    2
    JOCELYNE
    Dimanche 10 Février 2008 à 11:26
    un espoir
    Une maman, qui attend, désespérément, que son enfant, donne de son temps rien qu'un instant. Paisiblement, et sans tourment, rien qu'un bon moment, pour ta Maman.
    3
    Mardi 12 Février 2008 à 18:05
    Invitation - R
    Je vous remercie de cet agréable invitation. Je ne manquerai pas d'y répondre prochainement. Amitiés. Gil
    4
    Mardi 12 Février 2008 à 18:13
    Un espoir - R
    Je pense plus que jamais à tous ceux loin des yeux, mais jamais loin du coeur... Ils occupent toutes mes pensées, mes écrits...Ils sont ce qui me manque, mais rien n'est facile dans la vie.
    5
    Passante
    Lundi 14 Juillet 2008 à 22:04
    hors du temps
    Merci à vous d'avoir bien voulu nous faire partager ces instants...émotion.. on aimerait tellement "Ce matin, je voudrais toi, ici maintenant Toi, demain, toi à tous les instants Toi, toujours, éternellement" Serait un texte superbe pour une chanson.....
    6
    Vendredi 1er Août 2008 à 20:36
    Hors du temps
    Belle passante Si l'homme inventa le temps, il faut la poésie pour le dépasser ... Amitiés. Gil MERCI DE VOS ENCOURAGEMENTS.
    7
    Fée
    Mercredi 21 Janvier 2009 à 11:09
    je voudrai tant hors du temps
    Bonjour Gil C'est en lisant de telles poèsies que je reprends gout et confiance en la poèsie , elle devrait être toujours que toute cette douceur , mais parfois lire des horreurs m'absorbe, absorbe mon energie , ma joie et mon plaisir d'écrire , poèsie n'est pas toujours rose c'est sure , et ses épines me blessent bien souvent ... Là j'ai lu de belles choses , ailleurs j'ai lu de la poèsie baignée dans un sang de haine , dans lequel mon sourire et ma passion s'est noyée sous tant de flots accusateurs , sombres , et dévastateurs ... J'écrirai toujours , et partagerai toujours , mais plus sous des cieux cléments ... Votre rencontre m'a donné la force de continuer quand je voulais tout arrêter ... Merci Gil
    8
    Dimanche 25 Janvier 2009 à 12:55
    Je voudrais tant - R
    Fée Quel éloge ! Vraiment, tu me touches et tu me ravis ... Tu me rassures sur le ressenti de ma poésie car j'ai toujours voulu écrire de façon positive, par du bleu par-dessus du gris ... Ce n'est pas la tendance générale comme tu le soulignes car bien des gens détruisent la poésie par des discours noirs, apocalyptiques, jouant de façon irresponsable des pires souffrances pour être lu. Si je te redonnes courage, tant mieux car je devine que tu veux écrire plus de la beauté, et des grands sentiments que de la laideur. Tu as le talent de toi, alors poursuis et je te lirai aussi. Merci vraiment de tes passages. Amicalement. Gil
    9
    Fée
    Mardi 27 Janvier 2009 à 13:04
    je voudrais tant hors du temps
    Gil j'ai écrit du noir , du clash , du trash et j'aime en plus , c'est un défoulement de sois mais sur autrui c'est là tout le problème lol ! Alors j'ai essayé la poèsie classique , c'est sympa , mais ça ne me défoule pas ! Alors j'ai lu ce que j'ai écrit de sombre et de provocateur , et je me suis dit ! Merde ! je fais exactement pareil que ceux que je critique ! et c'est là que le bas blesse ! Problème de conscience !? culpabilités ? remords? regrets ? Vengeance ? tout le problème est là ! Si je ne peux plus me regarder en face parceque ma poèsie reflète le coté obscur de mon âme , je fais quoi ? J'écris que sur l'amour ? et aprés ? J'analyse et je me trouve nunuche et je ne me retrouve pas dans mes mots ! Tiraillée entre ce que je voudrais écrire et ce que je m'interdit aussi , n'est pas évident ... Bref , entre la fée qui fait des rêves,la fée libertine , la carabosse et moi ça fait trop de personnalités et j'ai du mal à les assumer toutes !lol ! Pour le blog , je l'ai enlevé ! car si j'écrivais en ce moment ça ne serait que du trash , du clash , et je veux rester zen alors pour ne pas être tentée j'ai fermé le bistrot ! Il n'y a qu'ainsi que je peux modérer mon débit de boissons amères lool et ne pas gerber ma quitte sur les autres ! Liberté de pression ! c'est ma tournée !rires ! Bisous Gil d'Ef ...
    10
    Samedi 31 Janvier 2009 à 12:09
    Je voudrais tant - R
    Mea culpa ! dit-elle au moins trois fois… Mais on ne lui pardonnera pas puisqu’il n’y a rien à pardonner. Il faut bien assumer son humanité, question de défauts, tant l’autre face des qualités. Avoir conscience que toute la vie, on ne fait que chercher, s’interroger. Il n’y a rien à prouver, à expliquer, puisqu’au bout des connaissances, il y aura toujours l’inexpliqué, l’inexplicable. Le poète est celui qui est en quête, avant tout héritier d’une dette, et prophète du doute, du peut être. Il est un jour, heureux, de tant de ces beautés qui l’entourent et qui sont pourtant autant d’adieux, et un autre, il est malheureux de ce qui vient le toucher en plein cœur, de ce qui vient malmener tout espoir. Et puis c’est toujours question de mélancolie, arrière-plan permanent, et puis il y a la nostalgie et l’envie, qui se disputent ou se mêlent. Et l’avant et l’après, et aujourd’hui, rien qui ne soit établi. Qui écrit vraiment le vit pleinement. Il ne peut de rien être ignorant, et du clair et de l’obscur, de l’éphémère et de ce qui dure. L’essentiel est au cœur battant, débordant de l’émotion, il est à la larme débordant par les yeux de cette source. Il est en un sable filant entre les doigts, image de soi. Et si chacun écrivait ou se parlait devant le miroir, peut être qu’il se trouverait mieux armé pour se comprendre, se soumettre et s’admettre. Si la poésie est difficile, c’est qu’elle est mise à nu, sans devoir donner dans l’exhibition, l’exagération, l’exception. Si on publie, il faut savoir assumer tout texte maladroit. Le poète est qui écrit comme on fait ses premiers pas, il écrit en un combat et vainqueur et vaincu dans la perspective du j’ai tant vécu. Bisous. Gil, heureux de ta démarche qui t’honore, dynamique et authentique Reprends tu les cadeaux que tu fais à tes proches ? Alors rends nous ces beaux textes qui ne t’appartenaient plus vraiment.
    11
    Fée
    Lundi 2 Février 2009 à 12:09
    Je voudrai tant hors du temps
    J'aime beaucoup ta façon de voir les choses Gil , elle apaise ... Non, je ne reprends pas ce que l'on me donne ,jamais, au contraire , mais là aussi il y a problème , car si l' on me donne une baffe je la rends avec force et avec autant de brutalité ... Tu vois comment veux tu rester douce et sensible quand ton coté obscur se sent agressé imité bafoué et blessé ? J'y travaille Gil pour la zen attitude , mais en ce moment c'est plutôt auto défense ... Et dans cette phase je ne gère et contrôle rien... C'est même pas histoire de faire respecter sa poèsie, c'est histoire de se faire respecter et faire respecter Ses idées et Sa liberté d'expression , la nôtre , celle qui nous est propre, pas se faire cloner sarcastiquement sous déformation vile par quelqu'un d'autre ... L'image qu'on me renvoie dans le miroir m'horipile , que de jugements néfastes et puèrils en fait ! Voili voilou Gil , je crois que c'est mieux que tu ne me lises pas en ce moment donc ! Par contre moi je viens ici , respirer un grand bol d'air , ainsi que chez d'autres qui n'ont l'espoir que d'un monde meilleur ... Un gros bisous sur tes mots et merci du fond du coeur
    12
    Jeudi 5 Février 2009 à 10:51
    Je voudrais tant - R
    Fée J’aime beaucoup ton humour … En dépit de ce que tu peux penser de ma zen attitude, je partage tout à fait ta façon de voir au sujet de la baffe mais peut être que j’ai aussi appris à avoir une attitude préventive. En effet, même si tu rends la baffe, celle que tu as reçue fait encore mal longtemps. Sur la question de la poésie, Prévert disait qu’il écrivait pour faire plaisir à quelques uns et pour déranger voire pour emmerder beaucoup d’autres. J’aime cette idée du non conformisme de la poésie. Depuis que j’écris, j’ai décidé de défendre des idées, une vision positive du monde, de dire que la vie vaut d’être vécue, et que la poésie est un bel art qui demande application et ténacité comme celui d’un artisan amoureux de son métier. Ca me paraissait simple, logique, évident et pourtant tout ça ce n’est pas de mode. Aujourd’hui, la mode, c’est la poésie dite spontanée ou libérée, ce qui serait la garantie qu’elle vienne du cœur. En fait, c’est plutôt un allègre massacre de la langue, et de quelques règles élémentaires pour prétendre écrire de poésie. C’est juste quelques pauvres rimes pour sauver les apparences. C’est plutôt je me raconte, et volontiers dans le larmoyant avec beaucoup de larmes, et puis si ce n’est pas suffisant je fais dans le sordide, avec de belles images de morts et de suicidés. Je vous fais volontiers, d’un talent abouti, le monde apocalyptique et l’homme une bête tyrannique, et je crache volontiers au passage sur tout ce qui a un peu de beauté. Et pour aller au summum du pire, je vous fais le philosophe à deux balles, maître du contre-pied pour être original et poète héritier des fleurs du mal et des poètes que je n’ai pas lus. Dans ce tumulte ambiant, navrant, c’est dur d’exister, de résister à tous ces clichés, ces conneries. Mais tu as bien raison de défendre ta liberté d’expression, notre liberté d’expression. J’ai quant à moi déjà été viré de plusieurs sites pour avoir osé défendre mes textes et ce par des administrateurs qui m’avaient tant encensé pour ne pas être suspects, ou démasqués pour leurs basses œuvres. Ce qui me rassure, c’est qu’il y a eu des réactions en ma faveur après mes départs forcés et qu’elles venaient de personnes qui avaient des talents d’écriture et d’humanité. Il y a bien sûr des moments de découragement, mais toutes ces difficultés me stimulent au bout du compte. Et comme dit Cocteau La poésie, je ne sais à quoi elle sert, mais c’est indispensable. Bonne journée à toi. Vivement le temps où je pourrai te relire ! Bises. Gil
    13
    Fée
    Vendredi 6 Février 2009 à 11:56
    Je voudrais tant hors du temps
    Coucou Gil , oui tu l'as dit l'humour , voilà ce qu'est pour moi la poèsie , ou ce qu'elle devrait être ... un sourire un énorme sourire à la vie et s'il se change en humour noir de par les circonstances bin une larme mais d'espoir pour qu'elle se change en perle de douceur sur ce monde de brutes ... Et si la colère aide par les mots à defouler le nerf qui coince au niveau des zigomatics et de la colonne vertébrale , oui alors que les mots fusent pour atténuer les tensions .... -Gros bisous et grand sourire sur tes mots -
    14
    Mercredi 11 Février 2009 à 17:56
    Je voudrais tant - R
    Fée Tu as bien fait de parler d’humour et de mes zygomatiques … Je les trouve un peu avachis depuis quelque temps. Va falloir que je muscle de nouveau tout ça avec de l’auto-dérision du poète d’occasion, un peu décalé mais pas si mauvais garçon. Faut ce qu’il faut, surtout quand on est entre deux eaux. Pas vieux, pas ado. Bises à toi et à bientôt.
    15
    Fée
    Jeudi 12 Février 2009 à 13:12
    je voudrais tant hors du temps
    Gil , la poèsie et ses mots sont source de jouvence, un elixir une eau de vie ou on allie sourire et nostalgie, colère et folie , dumoins c'est ainsi que je la vois ... Ouiiii! fait vibrer tes zigomatics , moi en ce moment je zig zag plutôt entre la gus et ses tics histoire de choquer l'éthique ,et les pics qui me barbent au plus haut poin(g) ! lool! Gros bisous Gil à trés bientôt
    16
    Mercredi 18 Février 2009 à 18:49
    Je voudrais tant - R
    Fée Je viens de m'apercevoir que jamais un poème sur ce blog n'a reçu autant de commentaires ... hors de son thème ... T'inquiète, je plaisante ... De temps en temps se faire la conversation, c'est la meilleure potion pour éviter la consternation du poète surdoué avec ses douze pieds... Bisous. A bientôt.
    17
    fée
    Jeudi 19 Février 2009 à 00:56
    je voudrais tant hors ...
    riiiiires - Gil je souris gênée - Entre tous les je moi et je moi encore que je relis dans mes réponses , je rougis de honte, et pollue effectivement ton joli texte - excuse moi En même tant ma réputation poètique de Marie couche toi là , s'est vue justifiée là pour le coup sur le divan et l'épaule de gil d'Ef ( ohhh, je ris tout fort de mes bêtises écrites ) Gros bisous Gil merci pour ce moment de détente et se psychologie au comptoir de mes déboires ...lool! Bonne et douce nuit à toi au plaisir de te lire et de commenter plus objectivement tes textes
    18
    Jeudi 19 Février 2009 à 19:20
    Je voudrais tant hors - R
    Fee Tu sais il y en a qui revendique l'objectivité ... mais je préfère totalement et définitivement la belle subjectivité dont tu m'as gratifié jusqu'alors du style "j'aime beaucoup ce que tu écris" ... Ca fait beaucoup de bien ... et je ne manque d'apprécier tes sympathiques messages ... alors ne te gêne pas dans la subjectivité ... enfermée dans un sourire. Bises. Gil
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :